Cette fiche a été rédigée dans le cadre du projet d’Atlas encyclopédique des Petites Iles de Méditerranée, porté par le Conservatoire du Littoral, l’Initiative PIM, et leurs nombreux partenaires.
This sheet has been written as part of the encyclopedic Atlas of the Small Mediterranean Islands project, carried out by the Conservatoire du Littoral, the PIM Initiative and their numerous partners.
(https://pimatlas.org)

ILES

Cluster : Golfe de la Ciotat, Embiez et Cap Sicié

Sous-bassin : FRANCE-SUD

île de Bendor

Contributeur : Conservatoire du littoral (avec l’appui de l’entreprise O2 Terre)

Date de création : 18/06/2021

 

Pour citer cette version : Conservatoire du littoral. (2021). Fiche île : Ile de Bendor – Sous-bassin : France Sud. Atlas of Small Mediterranean Islands. https://pimatlas.org/explorer-atlas/iles/ile-de-bendor/

Commune Bandol
Archipel /
Surface (ha) 7
Linéaire côtier (mètre) 2400
Distance à la côte (Mile nautique) 0.07
Altitude max (mètre) 14
Coordonnée géographiques Latitude 43,12782
Longitude 5,749811
Propriété foncière Privé : Institut Paul RICARD
Gestionnaire(s) Institut Paul RICARD
Statut de protection national /
international

Description générale


L’île de Bendor fait face à la commune de Bandol, à 150 mètres du rivage, dans le département du Var.

Elle s’étend sur 7 hectares, et l’on y circule uniquement à pied, grâce un sentier pédestre aménagé qui permet d’en faire le tour. Elle abrite le plus petit port du littoral (9 places). Elle est accessible en 7 minutes, grâce à un service régulier de navettes maritimes qui circulent tous les jours de l’année.

Administrativement, l’île ne possède pas d’habitant permanent. Toutefois, elle est un haut-lieu touristique et accueille presque 50 000 visiteurs par an.

Pendant des millénaires, inhabitée et désertique, l’île resta à l’état naturel, comme un simple morceau de pierre et de roche battu par les flots. À partir de son achat en 1950 par Paul Ricard, elle a été fut complètement aménagée selon ses plans. Il y construisit un petit hameau avec des boutiques et des ateliers, un port, et même un zoo, fermé en 1974.

L’île de Bendor est surnommée le « jardin des arts de la Méditerranée ». Paul Ricard, artiste peintre à ses heures et passionné d’art, voulu en faire un lieu de rencontre d’artistes. De nombreuses personnalités y furent invitées dans les années 1960 : Dali, Fernandel, Raimu, Joséphine Baker, Luis Mariano, Paul Belmondo, Gagarine ou Jacques Dutronc…

L’île est parsemée de statues et d’œuvres d’art (sculptures et ferronneries) : la Croix de Bendor, symbole de l’île dessiné par Paul Ricard d’après la Croix des Templiers ; le monolithe de Botinelly, intitulé « Nul bien sans peine », près du débarcadère ; la vierge du sculpteur marseillais Raymond Servian, au sommet de l’île, objet d’un pèlerinage annuel le 15 août ; la statue de Neptune réalisée par Michel Barra… ainsi que d’autres œuvres, créées par des élèves des Beaux-Arts de passage sur l’île.

Connaissances


Les herbiers de Posidonie Pocedonica oceanica
(© S.Ruitton – INPN)

Les inventaires floristiques réalisés depuis les années 1935 témoignent d’une faible diversité floristique avec 70 taxons recensés (Médail & Vidal, 1998).

L’île de Bendor est concernée par le périmètre d’une ZNIEFF marine de type 2. Cette entité entoure l’île Rousse et l’Ouest de l’île de Bendor. A ce niveau, une grande diversité de paysages sous-marins (roches superficielles, grottes semi-obscures, herbiers, surplombs, tombants verticaux avec de nombreuses gorgones) abrite une grande richesse biologique. C’est également une zone de passage de poissons pélagiques.

Le littoral de Bandol se trouve dans un secteur marin [îlot de Pierreplane à la pointe du Gaou] diagnostiqué dans le SDAGE RMC de qualité biologique “médiocre” (faune/flore). Le SCoT fait écho à ce constat en préconisant des efforts de restauration de l’herbier de posidonies jugé globalement dégradé pour le bassin de Sanary-Bandol.

ENCADRE : L’origine du nom de Bendor : 


Ben-Dorin signifiant « fille de la colline » en arabe ; Bendoritum, mot latin hérité du celte et désignant « le gué blanc », qui pourrait désigner le passage séparant l’île du continent qui se franchissait alors à pied ; les sarrasins, occupants temporaires de l’île, l’appelaient « Isola del Bandoris » qui devint « Ile de Bandore », puis « Bendore » et finalement « Bendor ».

Intérêts


 

La seiche Sepia officinalis, présente en grande quantité dans les herbiers de posidonie
(© Gilles CAVIGNAUX)

D’un point de vue naturaliste, le suivi réalisé entre la pointe du château et l’île de Bendor, moins profond, suite aux travaux de canalisations au printemps 2019, fait état d’une belle densité de l’herbier de Posidonie Posidonia oceanica avec une très bonne vitalité. Dans ce cadre, de nombreuses espèces au sein de l’herbier (seiches, poulpes…) et notamment des Grandes Nacres Pinna nobilis (espèce protégée) ont été observées, et témoignent de la vitalité de l’herbier ainsi que sa grande valeur écologique.

Dépaysement, balades littorales et contemplation des paysages sont les intérêts principaux de l’île pour les visiteurs. On notera aussi la présence :

– d’un musée des vins et spiritueux, EUVS (Exposition Universelle des Vins et Spiritueux), inauguré en 1958, et modernisé en 2009 pour le centenaire de Paul Ricard,

– d’un Musée des Objets publicitaires Ricard,

– d’une galerie d’art exposant les œuvres picturales de Paul Ricard.

L’île de Bendor abrite plusieurs hôtels et de petites villas provençales qui dépendent de l’Hôtel Le Delos, ainsi que de nombreux restaurants. Diverses activités nautiques et terrestres sont proposées telles que la plongée avec un Centre International de Plongée (CIP), le kayak, la voile et le tennis.

Pressions


   

La dégradation de la Posidonie par les ancrages de bateau
(© Andromede)

De par sa proximité avec la côte littorale, de ses intérêts paysagers, et de ses équipements, les abords de l’île sont très fréquentés par les plaisanciers et les estivants. Dans ce contexte, le mouillage et l’utilisation des ancres dégradent les herbiers de Posidonie.

Au niveau terrestre, les aménagements anthropiques et paysagers ainsi que l’exploitation touristique des installations altèrent largement les composantes floristiques et faunistiques.

Gestion & Conservation


La grande Nacre Pinna nobilis, une espèce protégée présente sur le site
(© Arnaud ABADIE)

Suite à des travaux de réfection du port de l’île, 6 individus de Grande nacre se trouvant à proximité de la zone d’intervention ont été récupérés. L’Institut océanographique Paul Ricard, aux vues de nombreux travaux de recherche menés sur cette espèce emblématique de Méditerranée, a proposé par précaution de les déplacer dans un secteur sécurisé. Une demande  de dérogation au titre de l’article L411-2 du Code de l’environnement pour le déplacement d’espèces protégées a été faite en septembre 2016. Un protocole de transplantation a été établi, qui détaille les premières expérimentations, la technique de prélèvement, le mode de transport ainsi que la technique de transplantation.

Les spécimens ont été suivis après la transplantation. Un rapport a été transmis à l’autorité compétente sur les résultats de l’opération 6 mois après intervention, aucun cas de mortalité n’a été observé jusque-là.

Principales ressources bibliographiques


  1. Association pour la protection du littoral bandolais et de ses usagers – Site internet – https://bandol-littoral.org/category/faune-flore/
  2. Site internet des iles gérées par Paul Ricard – www.lesilespaulricard.com
  3. D. BELLAN-SANTINI, S. RUITTON, D. GUILLEMAIN, R. DAVID, .- 93M000065, ILE ROUSSE, ILE DE BENDOR. – INPN, SPN-MNHN Paris, 14P – https://inpn.mnhn.fr/zone/znieffMer/93M000065.pdf
  4. Travaux de réfection du port de l’île de Bendor. http://www.paca.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/dossier_nacre_bendor_final.pdf
  5. Trigos S., N. Vicente – Protocole pour la transplantation des nacres Pinna nobilis dans divers substrats – Mar. Life, 18: 55-61.
Print Friendly, PDF & Email